Babel

La Madeleine (59)
Statut : appel à projet
Maître d’ouvrage : Ville de La Madeleine
Surface : 43 000 m²
Equipe : STUDIO MUOTO / YODA architecture / GUILLAUME DERRIEN paysage / FIDUCIM BERIM / TRANSSOLAR

masseaerienneboulevardrueinterieure

Le parti consiste en deux opérations. D’abord, redonner une forme claire à l’ilot faisant front à la rue du Chaufour, qui s’expose brutalement au boulevard. Ensuite, créer un objet signifiant l’entrée de ville de La Madeleine, complémentaire au tribunal qui lui fera face et d’une envergure comparable aux projets d’Euralille 3000. Ce parti urbain est né de la volonté de réconcilier l’échelle de La Madeleine et celle du boulevard urbain.

Le site du Tir à l’Arc est transformé en parc urbain. Ce parc urbain est complémentaire à une réflexion paysagère sur l’ensemble du boulevard urbain qui relie les différentes villes de la Métropole. Ce parc est décomposé en trois parties : une bande qui accueille le skatepark, une bande de logements et une zone boisée. La zone boisée préserve les arbres d’exceptions présents sur le site. Babel se dresse au milieu du parc.

Un ensemble horizontal est installé le long de la rue du Chaufour. Cet ensemble de logements referme l’ilot. La ruelle Paul Doumer s’élargit pour accueillir une voie publique. La rue bordée d’arbres offre des places de parking pour les riverains. Les rez-de-chaussée de l’ensemble de logements accueillent des activités destinées aux riverains de La Madeleine. Le site propose des commerces de proximité et des équipements pour les usagers du tribunal.
Babel, objet architectural complémentaire et autonome, accueille un programme mixte regroupé autour d’un vide central. Le centre du bâtiment est sculpté par ses activités. Le bâtiment accueille un programme hôtelier, tertiaire ainsi que des activités commerciales et sportives. La perméabilité du rez-de-chaussée crée une relation ouverte avec le parc. Plus qu’un symbole urbain, Babel prône la mixité programmatique, repense les dynamiques tertiaires et les intègre à leur contexte.

Ce boulevard aujourd’hui se pacifie et dans les années qui viennent la voiture y sera moins présente. De manière à la fois accidentelle, opportuniste et planifiée, ces anciennes défenses forment aujourd’hui une réserve foncière préservée. Au cours des années, il s’est développé le long du boulevard une faune et une flore exceptionnelle. Cet écosystème a grandi en lisière des villes protégées par les voies rapides. C’est aussi là que ce sont reportés tout ce que nos villes anciennes n’ont plus eu la place d’accueillir : zone de loisirs en plein air, agriculture urbaine et les grands centres d’activités tels qu’Euralille. Il est dans ces conditions important de préserver les qualités paysagères de cette zone frontalière de La Madeleine et des autres villes de La Métropole.
Au vu de son contexte, le site du Tir à l’Arc et ses alentours ne peuvent se développer comme une extension de la ville, mais doivent être abordés comme une entrée de ville. Le site du Tir à l’Arc est un connecteur entre La Madeleine et Lille qui doit également assumer son appartenance à la bande équipée du boulevard, lui-même destiné à devenir un grand parc urbain reliant entre elles les villes de La Métropole

schemas

 

RDC

 

coupe

 

plans